Réunion du 7 Juillet 2005 sur le dispositif de réussite éducative

1er 2006, par Paul Monnoyer

DISPOSITIF DE REUSSITE EDUCATIVE
Compte Rendu de la réunion du 7 Juillet 2005
Sale MAIA - Hôtel de Ville de Brest

Présents :
Alix LEVAIN (Directrice Education Enfance Socioculturel, Ville de Brest)
Paul MONNOYER (Mission PEL, Ville de Brest)
Mr FLOCH (Responsable de la ZEP, Collège de Kéranroux)
Madeleine CHEVALIER (Coordinatrice ZEP de Brest)
Etienne BARS (Direction Départementale Jeunesse et sports)
Loïc FRENAY (Développement Social Urbain - B.M.O.)
Anne LE GUENNEC (Conseil Général)
Catherine LEHRMANN (C.A.F. du Nord Finistère)

Rappel par Alix LEVAIN de la démarche de la Ville

- La Ville a signalé au Préfet au mois de mai son intention de déposer un dossier de candidature pour les programmes de réussite éducative, afin de prendre date.

- Les services de l’Etat, notamment l’Inspection d’académie mais aussi Jeunesse et Sports ont signalé leur intérêt pour un tel dispositif et indiqué à plusieurs reprises à la Ville et aux partenaires du Contrat de ville leur souhait d’un dépôt rapide du dossier.

- Pour la Ville, au regard des objectifs communs définis avec l’ensemble des partenaires du Projet Educatif Local, du contrat de ville et de la veille éducative, cette candidature n’a de sens que si elle permet l’approfondissement du travail en commun, sur la base des actions déjà engagées. Les élus identifient une vraie valeur ajoutée par la concentration de moyens et d’interventions sur le suivi des quartiers concentrant le plus de difficultés et sur un accompagnement individualisé des enfants et des jeunes les plus en difficulté.

- Elle ne souhaite donc pas déposer un dossier sans que l’ensemble des partenaires soit associé à son élaboration et s’engagent collectivement.

- Dans cette perspective, quelques points essentiels :

1) le partenariat est déjà très actif sur Brest : il faut que nous soyons vigilants à ne pas superposer les dispositifs sans s’appuyer sur les instances existantes, tant au niveau du pilotage que des instantes de terrain. Le PEL paraît le cadre le plus approprié pour construire le programme d’action et suivre sa mise en œuvre, même s’il faut réintroduire de nouveaux partenaires.

2) ce qui semble notamment à construire, c’est le travail de repérage et d’échange sur les situations individuelles, en se fondant sur les initiatives lancées dans le cadre de la veille, mais c’est aussi les différents modes d’intervention (donc le type de moyens) :

- sur le moyen terme, accompagnement des partenaires associatifs oeuvrant dans le domaine éducatif et socioéducatif afin de leur permettre d’intégrer dans leurs pratiques (certains le font déjà) une approche individualisée

- constitution d’équipes pluridisciplinaires pour identifier les pistes pertinentes une fois la situation repérée :
> Suivi individualisé par professionnels (consultations, tutorat...)
> Réintroduction d’une dimension collective par regroupement de situations
> Réintroduction dans structures et actions collectives existantes

- En ce qui concerne la structure juridique : il y a une incertitude, cela reste à discuter.

- En ce qui concerne le financement : il n’y a pas d’obligation de cofinancement, mais il faut valoriser l’existant.

- Ce qu’il nous faut certainement travailler :
> L’articulation des dispositifs
> L’identification des partenariats possibles
> Le recensement de l’existant et les piste nouvelles
> Les modes d’intervention et la déclinaison par quartier

- Validation : il faudra une validation par chaque institution et sans doute une formalisation de cet engagement

- le 6 Juillet, la Préfecture et le SGAR nous ont contactés et nous ont indiqué qu’au vu de la mauvaise évaluation du programme dans le cadre de la LOLF (textes d’application sortis tardivement donc assez peu de dossiers), de fortes hypothèques pesaient sur les crédits dédiés : dans ce contexte, la Ville a été incitée à déposer un dossier même incomplet pour le 7 Juillet, afin de préserver toutes les chances du projet brestois pour l’avenir : nous leur avons indiqué que cela le correspondait ni à nos objectifs, ni à nos contraintes car nécessité d’un travail de fond en commun. Mais nous avons envisagé la possibilité, soumise au groupe de travail de ce matin, de l’envoi d’un pré-dossier très général accompagné d’une demande de crédits pour l’accompagnement de la constitution du dossier définitif.

**********

Après discussion, le groupe a décidé de prendre le temps de la réflexion, autant sur le fond que sur la forme, avec une date butoir possible pour le dépôt du dossier, le 15 Octobre 2005.

La Mairie va donc faire une réponse circonstanciée aux services de l’Etat, pour les informer de notre volonté de s’inscrire dans le dispositif de réussite éducative, mais en prenant le temps de la réflexion avec tous les partenaires.

Deux réunions de notre groupe de travail sont prévues :
Le 6 Septembre 2005 à 16h salle MAIA à l’hôtel de ville
Le 16 Septembre à 10h dans les locaux de la CAF, immeuble Penou Pell à Brest

Pour préparer ces réunions chacun au niveau de son institution doit :

Recenser l’existant (actions et partenariat)
Identifier les projets à développer dans le cadre d’un futur dispositif de réussite éducative
Repérer les manques

Au niveau des objectifs sur Brest :
Repérer les axes de travail possibles
Définir quelles doivent être les préoccupations premières
Poser quelles sont les priorités des institutions

Enfin, réfléchir au mode de repérage des enfants et jeunes concernés par le dispositif.

L’objectif est de préparer un dossier pour validation par le comité de pilotage du PEL qui pourra être élargi à cette occasion. La date prévue de ce comité de pilotage est le 26 Septembre 2005.

Deux documents de travail ont été remis aux participant :
Une série de questions sur la mise en place d’un dispositif de réussite éducative (questions non exhaustives).
Un exemple de ce que pourrait être un projet de réussite éducative sur Brest.

Portfolio